Un jour il sera mort.

Encore vu ses pieds noirs, ce matin.* Qui m’effraient. Me fascinent, aussi. Comme un peintre. Divine misère j’en vis. Décrire. Votre face contre terre. Vos ongles cassés de sang et de poussière vos poux vos loques le pus qui jaillit de vos cloques. Oh, tout de même. Décence. Vous exagérez. Soit. Oh bien sûr j’ai le cœur un peu ému. Un instant. Comme à la chasse à courre. Comme à la communion. Mais enfin. Regarde-moi, Victor. Tu sais. Toi. Même.

Un jour il sera mort.

Et je m’en fous.

Maman, il a déménagé, dis. Le monsieur, tu te souviens. Le monsieur-chien qui mourait là tout seul.

Non mais un jour il va mourir, je dis seulement. J’annonce. Ne soyez pas surpris.

Un jour il sera mort.

C’est tout.

Maintenant la ferme.

J’écris.

*Version audio disponible : https://tremble.fr/radio-kos/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s