Transplantation

Des quais de scène.

La première chambre aux rideaux bleus à la rivière aux oliviers la première chambre la première ligne est loin déjà j’ai oublié

 Reste une silhouette sur le quai

 Le fracas du voyage qui recouvre toi

Dont les yeux vides ne se lèveront plus jamais

Que la ville qui t’emporte et cette dernière photo que l’on ne prendra pas

 Absolue

L’image

La dernière fois l’éclair d’avant le ciel la foudre qui s’en va

Reflet renversé lèvres bleuies d’après la noyade

Je vacille – la vitesse, la chaleur, l’été

Tu inventes

Tu mens tu meurs et j’essaie de rêver

 – encore.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s