Quand je dirai la mer

Vous fermerez les yeux.

On veut se souvenir toujours*

Alors j’essaie d’écrire

C’est fou –

D’avoir peur de plonger encore depuis le soir du train après la ville l’averse entre les cils après les dents qui claquent le ventre vide après les rêves encore des autres plein les mains

L’été

L’enfance

Fou de chercher l’air la bouche béante au ras du ciel  

Gris

L’océan est si loin

Et puis –

L’eau était froide

Je veux me souvenir

La première nuit d’orage et nos ombres siamoises aux yeux bleus cheveux noirs au bord du sable aux pieds du phare le vague aux dames

Et puis –

Les yeux qui tombent ?

Cela du temps, encore

Je voulais écrire

– là

Et sa voix derrière

Je veux me souvenir – dans le désordre

Les bateaux dans le ciel

Et la cloche à l’âme folle

Les petits bateaux anges

Maman ont-ils des ailes

Les mouches mortes et comme vous sautez

À pieds joints

Dans les coquillages

Je préfère en ce cas

Avancer sur les mains

Alors nous demeurons 

Les paupières battantes

Le vent entre les doigts 

La bouche pleine de silence 

Salé 

*Version audio disponible : https://tremble.fr/radio-kos/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s