Sobriété poétique

À l’éclairage artificiel*

Ne pas – dire les tournesols qui sursautent chaque matin en ouvrant les volets

La chemise blanche froissée qui attend là un corps de fête une tâche de prune une aiguille de pin

Le souvenir de ton parfum

Remplir la tête de vide 

De bruits de brume 

Ne pas – trop regarder dehors

Entre les poings serrés qui font un tunnel un fossile un combat 

Il y a un atelier en l’air quelque part perché entre les branches du crâne 

Des poèmes qui pendent à un fil sèchent comme des aquarelles 

Inachevés insipides las d’eux-mêmes –

Et l’encre qui goutte 

Forme des petits lacs de ton visage

En-dessous 

Ne pas – trop se soucier du monde inflammable indocile 

Que l’on ne sauvera pas n’est-ce pas 

alors –

Rester tranquille 

Étendu là 

Sans lendemain 

Sans souvenir

Faire le mort, un peu 

*Version audio disponible : https://tremble.fr/radio-kos/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s