10E

Il faut passer deux portes avant de trouver

Dieu 

Je ne saurais trop décrire son odeur

Mélange de pierre d’encens de poussière traversée par un rai de lumière de fin de jour d’inquiétude d’ennui

L’enfant se promène avec au bout du bras un panier plein de linges sacrés lui a-t-on dit 

Non que cela semble le perturber outre mesure 

Il la regarde s’agenouiller plusieurs fois demeurer un moment sans bouger dans cette drôle de position figée qui lui donne un air de figurine de cire de cierge il se demande ce qu’alors elle peut bien être en train de lui raconter 

Le vin blanc que l’on verse dans le flacon – d’où dans d’autres circonstances s’échapperait peut-être un génie enturbanné jusqu’à la limite indiquée par un nœud de fil rouge lui donne soif 

Puis il se rappelle que c’est du

sang 

Et grimace 

Elle tourne les pages du lIVRE avec le geste sûr maîtrisé de l’ancienne institutrice le bout du doigt humide passé sur la langue à raison d’une fois toutes les trois pages a-t-il compté

Au nom du Père

Tourne

Du Fils

Tourne 

Et du Saint-Esprit

Lèche 

Il songe qu’il aimerait bien vivre dans cette grande maison vide aux vitres coloriées aux bougies qu’on rallume sans cesse comme pour un anniversaire d’éternité 

– il faudrait tant d’amis

Au début il a la gorge qui se serre un peu tout de même il jette des regards furtifs autour de lui puis

au-dessus

Quand il est seul 

Il se dit en lui-même

Enfin on ne sait jamais

Et passant près des cloches à la porte il hésite un instant –

à sonner le glas

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s