Et toute cette eau qui ne déborde pas

[Je cite.]*

La porte en bois qui craque gonflé de sel qui fait comme un monstre la nuit serrer très fort les yeux la porte en bois d’avant me manque un peu 

Je crois

Demeure le baromètre 

Dont je remonte l’aiguille en souvenir déjà d’elle qui en tapotait la glace du bout de l’ongle invariablement anxieuse que le ciel ne finisse un jour tout de même par lui tomber sur la tête 

Alors

Sentir dans la poche du pantalon rayé – où on l’oubliera jusqu’au prochain été le relief sacré le froid du métal faux de la 387ème médaille miraculeuse coincée pure magique entre un mouchoir de soie aux motifs obscurs

– et deux comprimés.

*Version audio disponible : https://tremble.fr/radio-kos/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s