Septembre 15

L’enfant, un jour.

(Ou est-ce toute autre chose ?)

Septembre 15 2022*

On lui sourit deux fois de sorte qu’il se demande s’il est une si plaisante personne que cela pour qu’on l’aime ainsi pour qu’on lui offre du chocolat. À la femme qui suit c’est lui qui le premier sourit. Puis (regardant tout autour) pense Cet endroit existait avant moi. C’est-à-dire Cet endroit a existé sans moi. Et soudain le vertige. Comme –

Il y a tant de livres. Tant et tant de livres. On n’aura jamais le temps jamais de finir l’histoire.

Il se rappelle la femme folle les rues désertes tout est si calme le matin tout est si calme sans cesse il la revoit ses drôles de gestes ses doigts si fins. Et les hommes sur l’échelle – riaient-ils ? Il n’a pas compris ; il ne saura jamais. 

Il ne leur en veut pas. D’être si heureux beaux si tranquilles il soupire à peine, dans un sourire tremblant, un peu de travers, il hausse les épaules. Tout cela sera bientôt noyé alors. (En 2050, pour être exact, a-t-elle recherché puis annoncé l’autre fois, au dîner. D’où le moment choisi comme un morceau pour partir en croisière joyeuse (en anglais dans le texte)).

I love your shoes. They’re wonderful.

Et dans sa tête aussitôt La guerre ? La guerre existe encore ? Puis sans la regarder les yeux vers dehors il l’observe quand même il fronce les sourcils on dirait qu’elle a peur de manger hésite n’ose pas tout à fait. Ne fait-il pas déjà assez sombre ? Elle renifle, elle dévisage la pâte toute enrobée de sauce orange avant de la croquer. Cela a l’air savoureux pénible risqué – mortel, presque. Manger. Et elle aime ses chaussures !

Est-ce qu’il devrait lui parler ? C’est-à-dire qu’elle a été très amicale avant même de s’asseoir elle a fait un sourire et un bruit qui voulait dire Bonjour, à n’en pas douter, il avait déjà remarqué, alors -. Faut-il quelques mots ? Il se demande encore et la nuit d’avant s’il en aurait fallu d’autres et le matin s’il va avoir le temps de réciter ceux qu’il a si soigneusement préparés. Il voudrait la faire rire. Il voudrait approcher. Il se sent comme un petit loup un enfant d’animal il se sent désarmé comme on n’ose plus l’être comme on a oublié comme on croyait, au moins. Plus tard, entre les cils – il se souvient. Elle a ri. Les mots ont semblé neufs naturels nouveaux-nés et – elle a ri. Lui a fait répéter et – elle a ri. Elle a ri et puis s’en est allée. Une poignée de secondes de sable de mains – il voudrait la faire rire et lui tenir la main.

Elle porte des lunettes de soleil, maintenant. A cessé de manger. Renifle régulièrement, parfois un peu plus fort. A hâte de rentrer dans doute pour se moucher. Et manger encore. Manger enfin (manger cent fins manger sans faim). Manger en paix (manger ramper).

*Version audio disponible : https://tremble.fr/radio-kos/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s