(de lumière)

Il suffit parfois d’un carré (de lumière)

Un jour j’ouvre la porte et c’est

trop tard

Je suis tombé

J’ai toujours cru (enfant) que tu serais derrière

J’ai toujours cru (idiot) que tu serais première

*

Que restera-t-il

alors

De ces hautes tours d’écailles de ces hublots de verre de ces tentatives

d’arbres ?

C’était l’étrange quelques jours

encore

l’inconnu

l’impossible même

Et puis – on n’y pense plus

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s